Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:00

762

L'autre jour, ma chère tante a posté ceci sur Facebook : Il avait toujours aimé cette idée des surréalistes selon laquelle notre faculté de percevoir l'aspect extraordinaire du monde est émoussée par l'habitude. Nous nous accoutumons à la manière dont les choses se présentent, à l'aspect quotidien de la vie et une sorte de poussière, ou de voile, obscurcit notre vision, et la véritable nature miraculeuse de la vie sur Terre nous échappe. C'est le rôle de l'artiste de faire disparaître cette couche aveuglante et de nous restituer notre capacité d'émerveillement. C'est un bel extrait et je remercie ma tante de me l'avoir fait connaître. Et il vient de Joseph Anton, l'autobiographie de Salman Rushdie sortie récemment. Si tu me lis, Edmée, merci. Peux-tu me dire, si tu le sais, où les surréalistes expriment une telle idée ? C'est une idée que j'ai souvent voulu exprimer moi-même, notamment depuis que j'ai vu, dans le métro, l'oreille d'un type tout près de moi. C'est quand même quelque chose d'inquiétant, une oreille, si on essaie d'oublier notre culture qui nous a habitués à voir cet étrange appendice accroché par deux fois à notre visage, pas vrai ? On dirait une excroissance, enfin dans un éclair j'ai trouvé ça absolument répugnant. Et puis, la culture reprend le dessus. J'aime Eric Chevillard parce qu'il dépatine notre vision, en nous obligeant à reconsidérer chaque chose qui nous entoure dans son absolu. Une bouteille, oui, on peut mettre du liquide dedans. Mais c'est aussi une massue, c'est aussi plein de choses. Et se fût-elle appelée massue... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clément Fingal Bénech
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Humoétique
  • Humoétique
  • : Par Clément Bénech. Chaque jour, à midi.
  • Contact

Premier roman

9782081300309_LeteSlovene_CouvBandeBD_2013.jpg

 

En librairie le 27 mars.